Vox de Christina DALCHER

TitreVox

AutriceChristina DALCHER, racontée Gaëlle SAVARY

Edition: Pocket, audio par Audible

Parution: 2010

Nombre de pages: 448p, 653min

Résumé: Jean McClellan est docteure en neurosciences. Elle a passé sa vie dans un laboratoire de recherches, loin des mouvements protestataires qui ont enflammé son pays. Mais, désormais, même si elle le voulait, impossible de s’exprimer : comme toutes les femmes, elle est condamnée à un silence forcé, limitée à un quota de 100 mots par jour. En effet, le nouveau gouvernement en place, constitué d’un groupe fondamentaliste, a décidé d’abattre la figure de la femme moderne. Pourtant, quand le frère du Président fait une attaque, Jean est appelée à la rescousse. La récompense ? La possibilité de s’affranchir – et sa fille avec elle – de son quota de mots. Mais ce qu’elle va découvrir alors qu’elle recouvre la parole pourrait bien la laisser définitivement sans voix…

Avis: J’avoue que cette dystopie sur fond féministe me donnait bien envie. Pas au point de la lire mais assez pour titiller ma curiosité de lectrice. Je me suis donc dans un bon compromis avec un livre audio qui personnellement me demande moins d’investissement et de concentration tout en gagnant du temps.

J’ai beaucoup aimé ce récit dystopique qui fait, surtout en tant que femme, réellement froid dans le dos. L’histoire reste assez classique dans sa construction, on découvre un monde que l’on connait et dans lequel on ne voudrait surtout pas mettre les pieds et notre héroïne va devoir faire changer les choses pour sauver tout le monde. Oui certes, mais Jean est un peu différente. Déjà c’est une femme d’une quarantaine d’années, et clairement ça change des ado ou jeunes adultes. Pas de comportement badass, de prises d’arts martiaux ou de maîtrise de la gâchette. Jean est une scientifique de haut-vol, la meilleure dans son domaine, et son combat va passer par son champ d’expertise. Cela change des schémas habituels.

Alors oui j’en profite pour faire un petit point sur la plume de l’autrice qui est je trouve très raccord avec ce côté très scientifique de son personnage. J’ai trouvé l’écriture assez froide, et le style m’a semblé en adéquation avec la personnalité de Jean ainsi qu’avec l’ambiance qu’on voulait nous retranscrire. Il faut apprécier, personnellement ça ne m’a pas dérangé mais c’est vrai qu’entre le style et l’héroïne, je n’ai pas réussi à m’attacher aux personnages même si je ne pouvais qu’être révoltée par les événements.

On est donc aux Etats-Unis, dans quelques dizaines d’années, vraiment l’écart avec notre société actuelle n’est pas immense. Jean nous explique que gentiment les choses ont changé depuis que le parti conservateur, un peu plus radical que d’habitude, a été élu. Le mieux réussi reste les passages où Jean nous explique comment l’on est passé des Etats-Unis tel qu’on les connait, aux Etats-Unis comme ils sont désormais. C’est extrêmement glaçant car le changement n’est pas violent, pas forcé, les gens laissent simplement les choses se dérouler. Plusieurs passages m’ont donné envie de hurler, de rentrer dans le livre et de tout brûler tellement j’étais outrée et en colère contre les gens qui entourent l’héroïne. Et c’est frustrant car on se dit que ça ne pourrait jamais arriver, des gens feraient quelque chose… Et une petite voix pourtant te rappelle que si, c’est tout à fait possible, il y a eu pire dans l’histoire et les gens l’ont appuyé, consciemment ou non. Ce livre n’est pas un coup de cœur pour moi car malgré toute ma révolte et ma rage – oui oui j’en étais là – je suis restée assez distante vis-à-vis des personnages.

Comme je le disais, pour moi Jean est un peu froide et je n’ai pas réussi à m’accrocher au personnage. Mais ça reste mon avis sur tous les personnages de ce titre. Son mari est assez effacé, son fils est insupportable et seule sa fille sauve un peu le tout car la pauvre, son avenir est vraiment pourri aux vues de la situation. Même ses collègues ne trouvent pas vraiment grâce à mes yeux. Sa collègue est un peu trop effacée quant à Lorenzo je suis restée globalement assez mitigée sur le personnage, sans réussir réellement à le cerner. Les autres personnages secondaires auraient pu être intéressant, comme le facteur et sa famille, mais je trouve qu’on les survole un peu trop… Bref vous l’aurez compris, les personnages ne m’ont pas réellement marquée. SI je n’avais rien de spécial contre eux je n’ai pas été séduite plus que ça non plus…

Bref vous l’aurez compris c’est au final une bonne lecture que j’ai eu avec Vox, notamment grâce au sujet qu’il aborde. Limiter la parole des femmes aussi concrètement était assez fort, et le traitement des femmes dans le livre est bien exploité, on se rend vraiment compte de toutes les dérives. Si l’univers est très bien travaillé c’est cependant un peu au détriment des personnages qui ne sont pas tellement attachants. L’intrigue est bien construite même si certains éléments sont prévisibles. Bref, c’est pas un roman que je compte parmi mes préférés mais il est certain qu’il figurera dans ceux qui m’ont le plus impliqué grâce à son sujet. Niveau émotion vive et forte, j’ai été servie. Si vous avez envie de vous insurger contre une société on ne peut plus patriarcale, alors vous devriez essayé !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close