Berill tome 2, Berill ou la passion en héritage de Françoise BOURDIN

TitreBerill tome 2, Berill ou la passion en héritage

AutriceFrançoise BOURDIN

Edition: France loisirs

Parution: 2007

Nombre de pages: 302p

Résumé: À la veille des années 1960, Tomas, propriétaire d’une banque prestigieuse, apprend qu’il est atteint d’une maladie incurable. Avec sa femme, il s’offre un ultime voyage en Irlande, son pays natal… Devenue veuve, Berill se retrouve à la tête d’un empire financier. Anéantie par la disparition de Tomas, elle souhaite se retirer des affaires. Mais la succession s’annonce difficile : à ses yeux, ses deux enfants n’ont pas assez d’expérience pour prendre les rênes de l’entreprise. Maureen, sa fille, voudrait régner sur la banque, seule, avec les pleins pouvoirs. Hugh, son fils, n’a pas l’âme d’un financier. Mais Berill fera tout pour préserver l’héritage familial et les siens.

Avis: J’ai lu le premier tome il y a des années et je me souviens que si j’avais aimé l’ambiance et le milieu dans lequel évoluait les personnages, je n’ai pas gardé un souvenir très positif de l’histoire d’amour entre Tomas et Berill. [spoiler on] Pour moi, après son accident avec un lion et le fait que Berill soit défigurée, j’avais eu l’impression qu’elle acceptait le mariage avec Tomas par résignation, plus que réellement par amour. En discutant avec Seli qui l’avait lu plus récemment, je me suis fait un film, c’est pas vraiment le cas… [spoiler off]

Du coup le début du roman j’ai un peu tiqué sur la fabuleuse et mythique histoire d’amour de Berill et Tomas qui inspire toute la famille… Malgré ma réserve, j’ai été tout de même été touchée par ce couple, devenu vieux, qui continue de s’aimer – et qui s’aime réellement pour le coup à mes yeux cette fois – je ne spoile pas, on le sait dès les premières pages et le résumé nous l’annonce, Berill devient veuve et c’est ces quelques pages qui m’ont émue, on sent l’amour qu’ils se portent et j’ai été attristée par la situation.

Berill n’est pas aussi présente que cela dans l’histoire, mais sa force de caractère, sa présence en toile de fond est palpable. On sent qu’elle est le pilier de la famille, une ombre protectrice et malgré tout un poil étouffante. L’histoire se concentre un peu plus sur sa descendance. J’ai beaucoup aimé Hugh, un peu bourru mais gentil, qui a une histoire assez tragique. J’ai apprécié son évolution. Maureen est un peu plus antipathique à mes yeux. On la sent qui a été blessée par la vie également, mais elle en est devenue plus hargneuse. J’ai apprécié le côté financier que l’on avec elle. On sent qu’elle veut faire ses preuves mais manque d’une réelle expérience à la tête d’un empire financier, cela crée des tensions avec sa famille. C’est à la fois frustrant car elle n’a que peu de respect à mes yeux pour ses aînés mais on a le droit aussi à une confrontation entre générations, entre différents points de vue et c’est sympa.

J’ai beaucoup aimé le fait que la fille d’Hugh et le fils de Maureen tendent aux inspirations de leur oncle et tante et non de leur parent. La branche financière passe par les femmes de la famille, l’amour des animaux par les hommes. La séparation est intéressante par la rivalité et la complicité des deux et c’est un point que j’ai apprécié. Dans l’ensemble les personnages – secondaires comme principaux – sont agréables à suivre. Ils évoluent tous dans un bon sens et c’est positif.

Cependant je n’ai pas apprécié les ellipses de quelques années entre chaque chapitre. Trois ans par ci, deux par là… J’ai trouvé que cela cassait la relation que l’on construisait à chaque fois avec les personnages. Je comprends que l’autrice ait voulu placer la fresque familliale sur plusieurs années mais je trouve que cela casse le rythme et n’apporte pas tant que ça au récit…

C’est un dernier tome qui reste tranquille et si je m’attendais au dénouement j’en ai été attristée. Je ne voulais pas que cela se termine ainsi. C’est une histoire familiale que j’ai au final apprécié. On soulève quelques secrets de famille, on résout des tensions et on nous laisse sur une famille qui peut partir sereinement vers le futur, malgré le deuil qu’ils doivent traverser. Du coup je suis contente d’avoir clôturer ce diptyque, il était temps !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close