La proie du chat de Patricia HIGHSMITH

couv72979685

Titre: La proie du chat

AutricePatricia HIGHSMITH

Edition: Le livre de poche

Parution: 2018

Nombre de pages: 312p

Résumé: A l’égal du chat qui, dans la première de ces dix nouvelles, introduit d’une patte nonchalante le mystère et l’horreur au sein d’une paisible réunion amicale, Patricia Highsmith instille au coeur de chaque récit le venin discret qui porte le texte à son sommet de virulence. Qu’elle mette en scène, avec un humour féroce, l’adoption de deux vieillards par un couple sans enfants ou la destruction d’un homme par ses amis, qu’elle décrive impitoyablement les attaques quotidiennes dans les rues, qu’elle s’amuse d’une jolie oisive ou nous glace avec les visions d’une femme seule, la romancière américaine prouve ici encore, qu’elle excelle dans l’art difficile de la nouvelle. Les autres ont été de bonnes lectures, certaines m’ont angoissée plus que d’autres mais globalement j’ai beaucoup aimé la facilité de l’autrice à nous plonger dans la perversité des gens. Plusieurs nouvelles m’ont mise mal à l’aise à cause du sujet abordé ou de l’ambiance.

Avis: J’ai enfin lu ce recueil de nouvelles après presque un an d’attente dans ma PAL, ce qui est au final encore plutôt raisonnable pour moi. C’est mon petit frère qui me l’a offert pour Noël l’année dernière avec comme principal argument pour acheter ce livre: « je me suis dit qu’il te plairait, y a un chat dessus ». J’ai bien ri mais il a eu raison, globalement j’ai bien aimé ma lecture ! – et le chat n’y est pour rien, juré ! J’ai globalement aimé ma lecture car sur les dix nouvelles que comporte ce recueil je n’en ai pas aimé qu’une seule, donc franchement c’est plutôt pas mal. On va d’ailleurs commencer par celle-ci. Mes préférées seront à la fin… Et oui, il faut toujours gardé le meilleur à cette place !

Il s’agit de l’avant dernière, La nuit du mépris. On suit un jeune homme qui est entrain – plus ou moins – de rater sa vie. Il ne travaille pas, n’a pas vraiment d’objectif dans la vie si ce n’est, depuis quelques mois, de produire un disque ce qui n’est pas très concluant. Il décide d’aller voir son père pour que ce dernier lui prête de l’argent, il refuse, ils s’embrouillent, il repart. On le suit un peu dans son quotidien jusqu’à ce que son père lui envoie une lettre pour s’expliquer. Jusque là, si ma lecture n’était pas transcendante, elle n’était pas horrible non plus. Mais c’est la réaction de ce jeune qui m’a blasée, à prendre la moindre chose de son père pour du mépris car au final lui-même méprise son père, ça m’a soûlée. Du coup j’ai lu en diagonale jusqu’à la fin, et ce que j’ai lu ne m’a pas plu. En dehors du personnage que je n’apprécie pas, je n’ai pas aimé l’ambiance générale de la nouvelle, les personnages secondaires ne m’ont pas intéressés et je n’avais qu’une envie, passer à la nouvelle suivante. Et en plus j’ai trouvé l’autrice plutôt soft pour la fin. On peut dire que sa nouvelle aura au moins eu le mérite de me faire mépriser son personnage principal !

Aventures pour aventures est une nouvelle plutôt agréable à lire, même si elle ne me laisse pas un souvenir impérissable car elle est assez classique je trouve. La nouvelle a cependant un côté malsain car la femme que l’on suit n’arrête pas de se faire épier par un pervers, elle se fait également tripoter par un autre homme qui l’est tout autant et si une sensation de dégoût règle tout au long de la nouvelle les choix et les pensées de cette femme deviennent parfois problématiques et tout aussi tordues que celles qui doivent habiter ces deux individus. Je m’attendais à la chute tout en me disant « bien fait pour elle »…

Je suis un peu mi-figue mi-raisin pour la nouvelle Un don venu d’ailleurs. J’ai aimé le côté inné du don de l’héroïne, ce côté primaire et obsessif. Et ici même si le comportement de cette femme est dérangeant, le fait qu’elle subisse un rôle qui la transcende est intéressant, le côté mystique donne une certaine profondeur à la nouvelle. D’ailleurs j’ai été marquée par la citation qui correspond vraiment à l’état de l’héroïne: « elle avait encore le sentiment vague et aberrant d’incarner à elle seule toute l’humanité »: c’est plus qu’une simple phrase, c’était vraiment l’enjeu de ce rôle et la priver de cet aspect la prive de sa personnalité, on a l’impression de recueillir une coquille vide et ce côté mystique laisse vraiment une sensation bizarre chez nous aussi. Je sais que pour cette nouvelle mon avis est brouillon et malheureusement je n’arrive pas à retranscrire mieux ma pensée… En tout cas c’était étrange.

La proie du chat où un chat rapporte à ses maîtres la main d’un cadavre est assez sympathique. J’ai aimé découvrir ce premier texte qui parfois m’apparaissait consternant dans le comportement des personnages. J’espère que les gens ne réagiraient pas ainsi dans la même situation ! La conclusion de l’histoire m’a révolté mais après avoir fini la recueil je me suis dit qu’au final c’était la plus soft, une façon de commencer les nouvelles en douceur.

Dans le côté dérangeant mais encore « gentillet » il y a aussi, pour moi, Verre brisé porte malheur où l’on suit des personnes âgés dans un quartier « sensible » de New-York je crois. Les vieux que l’on suit sont angoissés par leur environnement, on sent le racisme qui pointe sous nez mêlé à une insécurité fondée. La nouvelle peut mettre mal à l’aise, j’ai eu l’impression d’entendre certaines personnes, plus ou moins âgées d’ailleurs, de mon entourage – plus ou moins lointain. Si ces personnages m’ont donc agacée de par leur idées, on ne peut s’empêcher d’éprouver en parallèle une certaine empathie mêlée de pitié pour eux… La fin est assez triste du coup même si elle est plutôt prévisible.

Entre les deux m’a légèrement blasé. On suit un homme qui souhaite s’engager avec une femme dans des projets sauf qu’il a deux liaisons en simultanée. J’ai passé un moment de lecture agréable mais clairement je ne me suis attachée à aucun des personnages, les femmes à cause de ce parti pris de laisser faire et l’homme car il m’a insupportée de tant d’indécision !

La nouvelle Le rejeté m’a fait un peu de peine, révolté aussi par moment. On est typiquement dans du harcèlement. Mais originalité – enfin pour moi – on suit tout du long les harceleurs, c’est de leur point de vue que l’on rencontre la victime dont on nous fait un portrait peu reluisant, on suit toutes les manipulations de ces gens cruels qui sont prêts à tout pour descendre psychologiquement leur victime. [spoiler on] D’ailleurs ils finissent par pousser le harcelé au suicide à la fin de la nouvelle. Ils lui en font vraiment voir de toutes les couleurs. [spoiler off] Et le pire, et c’est là que c’est malsain, c’est que non seulement en tant que lecteur et spectateur, on souhaite voir jusqu’où va aller la nouvelle, mais en plus les bourreaux n’en ont absolument rien à faire. La nouvelle termine et on a l’impression qu’après avoir tout détruit sur leur passage ils souhaitent juste recommencer leur petit jeu. On ressort de la nouvelle écœurés de l’humanité, très clairement, en espérant qu’en vrai, lorsque ce genre d’événement arrive, les bourreaux culpabilisent et regrettent. Ici ce n’est pas le cas et ça fout un coup au moral.

Une des nouvelles où j’ai vraiment apprécié de suivre le héros est celle qui se nomme Sincères condoléances. On voit bien que la vie de cet homme n’est pas forcément simple, il a des choses à se reprocher mais pas plus que d’autres personnes, il a des soucis d’argent, une mère souffrante, bref, plein de difficultés que connaissent beaucoup de gens. Et puis arrive le twist de l’histoire. Si on sent qu’il y a anguille sous roche, je ne m’étais pas rendue compte de la taille que faisait celle-ci ! On ne peut avoir que de la peine pour lui et prendre son parti. D’ailleurs je l’ai trouvé presque trop gentil et la dernière phrase de la nouvelle m’a arraché un « Mais il est horrible !! » sans pour autant me ranger entièrement de son côté. Au final j’avais juste envie de balancer un « Bien fait ! » bien senti…

Alors là on rentre dans le TOP 2 de ce recueil… Avec la nouvelle Pour le restant de leurs jours qui clairement aurait pu être digne d’un film d’horreur. On suit un couple sans enfant qui décide « d’adopter » un couple de personnes âgées afin de qu’elles aient une meilleure fin de vie que dans une maison de retraite. Au programme une entraide intergénérationnelle, une belle rencontre… Que du bonheur… Enfin ça c’est sur le papier car le couple « adopté » est juste hyper flippant, malaisant, malsain et horrible à vivre au quotidien. Les adoptants font vraiment de la peine. Cette lecture m’a vraiment dérangée, c’est très bien fait. Le twist final est aussi horrible qu’il est libérateur. La nouvelle vaut vraiment le détour !

Et la nouvelle qui m’a vraiment angoissée, j’avais une boule au ventre toute ma lecture, et pourtant y a rien d’horrible mais qu’est-ce que ça m’a nouée… La créature sans nom. On suit une femme qui va du jour au lendemain commencer à voir une étrange créature. Elle parle, pense, interagit avec des objets bref c’est juste horrible, et pourtant en elle-même la créature – du moins au départ – n’est pas méchante. Et puis elle avoue être mauvaise. Certains événements surviennent et c’est hyper malsain, le final arrive et c’est mais WHAT ?! Nan vraiment je peux pas dire que j’ai passé un BON moment de lecture avec cette nouvelle parce que j’étais sous tension – d’ailleurs juste quand j’écris cette chronique je suis hyper tendue – mais c’est là que toute la magie de la plume de Patricia HIGHSMITH opère car si c’est la pire niveau angoisse, c’est aussi la nouvelle la plus percutante, marquante de ce recueil. Bref, voilà la meilleure !

Désolée pour la longueur de la chronique, je tenais vraiment à dire un petit mot sur chacune des nouvelles, je suis très contente que le Pumpkin Autumn Challenge m’ait permis de sortir ces nouvelles de ma PAL, qui sans lui aurait probablement traîné plus longtemps encore…  Et encore merci au frérot pour le cadeau et la découverte !

pikachu mimiqui

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close